Lifting facial à incision courte

Le lifting facial

Le lifting facial est une intervention chirurgicale destinée à retendre la peau et les muscles relâchés, ce qui a pour effet de rajeunir l’aspect du visage. L’opération vise principalement à tonifier la peau et les tissus de soutien du bas du visage et du cou afin de redéfinir l’ovale du bas du visage ainsi que l’angle sous le menton et le long de la mâchoire.

Une technique chirurgicale de pointe

Alors qu’autrefois le lifting facial était une grosse opération, les techniques ont beaucoup évolué au cours des dix dernières années, en même temps que la connaissance de l’anatomie et la compréhension de la manière dont le vieillissement affecte le visage. Les nouvelles techniques d’aujourd’hui favorisent des interventions plus légères, avec des incisions plus courtes, situées à des emplacements plus discrets. Également, beaucoup d’interventions se font maintenant sous simple anesthésie locale. Il faut noter aussi une tendance de nos jours à pratiquer les interventions plus tôt, à partir de 45/50 ans, quand la peau est encore élastique et récupère facilement. Aussi tous ces développements dans les connaissances, les pratiques et les techniques ont pour résultat un plus grand confort pour les patients, avec des suites opératoires allégées, des cicatrices minimisées et des périodes de récupération écourtées.

Le lifting facial à incision courtes

lifting facial à incision courte
Le lifting facial à incisions courtes est devenu possible plus particulièrement grâce aux nouveaux instruments de chirurgie apparus ces dernières années. L’incision ne fait que le tiers de l’incision du lifting classique. La remise en tension est plus ciblée, ce qui limite la surface de décollement de peau et fait que l’œdème, les troubles sensitifs et l’hématome sont moins importants. Un autre avantage notable est que l’intervention est moins longue que pour un lifting complet. L’anesthésie est donc moins lourde, surtout lorsque l’anesthésie locale possible. Une intervention partielle réduit également les risques d’un résultat figé ou qui transforme les traits.  Les cicatrices sont presque invisibles et il est possible de porter les cheveux courts ou de les remonter en dégageant les oreilles.

Le lifting cervico-facial

Le lifting cervico-facial est le lifting le plus couramment pratiqué dans ce type d’intervention. Il se pratique généralement à partir de la cinquantaine et consiste à retendre la zone du cou et à redessiner l’ovale. Il permet d’intervenir sur les bajoues – la peau tombante de chaque côté du menton le long de la ligne de la mâchoire – et ainsi de mieux définir le contour de la mâchoire en lui préservant un aspect naturel.

Le lifting cervical

Le lifting cervico-facial  peut avoir besoin d’être complété par un lifting cervical, qui consiste à resserrer les muscles du cou et à retirer l’excédent de peau pour faire disparaître le « cou de dinde ». Le cou paraîtra alors rajeuni. L’incision est faite derrière l’oreille.
C’est une intervention qui se conçoit difficilement seule et s’accompagne le plus souvent de la remise en tension du rebord mandibulaire, à moins que la personne ait déjà fait auparavant un lifting facial. Le lifting cervical peut aussi venir compléter le rajeunissement chez une personne ayant fait des injections volumatrices dans la partie moyenne du visage.

Quels sont les candidats au lifting facial à incisions courtes ?

La plupart des candidats au lifting à incisions courtes ont des joues creuses ou tombantes, des bajoues et des sillons/plis autour de la bouche, y compris des plis nasolabiaux. La peau du cou est relâchée ou présente un excès de graisse. Si la peau du cou est trop relâchée (cou de dinde) un lifting cervical sera alors nécessaire en plus du lifting cervico-facial.

Avant l’intervention

Il est demandé à la candidate ou au candidat au lifting facial à incision courtes de mentionner ses antécédents médicaux ainsi que les chirurgies subies antérieurement. Afin de définir si ce type d’opération est la solution la mieux adaptée à ses objectifs, toutes les autres options chirurgicales et non chirurgicales lui seront présentées. La personne sera également avisée des risques liés à la chirurgie afin qu’elle puisse prendre une décision éclairée.

Pendant l’intervention

L’intervention se fait selon les cas sous anesthésie générale ou locale avec sédation intraveineuse. Elle dure entre une heure et trois heures et se pratique en ambulatoire (avec entrée le matin et sortie le soir après quelques heures de surveillance post-opératoire) ou plus rarement avec une nuit d’hospitalisation.

Les suites opératoires

Après la chirurgie, le visage présentera des enflures, des ecchymoses et pourra être douloureux. Ces effets secondaires disparaissent habituellement au bout de 10 jours, mais pour certaines personnes plus sensibles, la période de récupération peut être de12 ou 14 jours.
Le pansement peut inclure des drains pendant un jour ou deux. Les fils sont retirés 8 à 12 jours après l’intervention. Les premiers jours de la récupération, il est recommandé de se reposer autant que possible, avec la tête surélevée.
Il faut compter une période de 3 à 6 mois pour une résolution complète de l’œdème

Les risques

Les risques liés à cette intervention sont des risques d’infection, des saignements, des complications liées à l’anesthésie, des lésions nerveuses, des caillots sanguins, une perte de cheveux transitoire, des troubles sensitifs, une nécrose (rares) et la paralysie (rarissime).

La reprise des activités

Dépendamment de votre état et de votre profession, vous pourrez retourner travailler après une période de convalescence de 7 jours à 10 semaines après l’intervention. Vous pourrez reprendre des exercices physiques légers environ après 1 semaine mais il est déconseillé de pratiquer des exercices vigoureux ou de soulever des objets lourds pendant les 10 premiers jours. D’une manière générale, toute activité nécessitant un effort physique est à éviter, y compris se pencher en avant.