Implants menton et joues


Quels sont les avantages ?

Les implants au visage sont couramment utilisés par les chirurgiens plastiques afin de rétablir l’harmonie du visage ou de mettre en évidence une région spécifique. De tels implants permettront par exemple de corriger un menton fuyant ou l’affaissement des joues.

Est-ce pour moi ?

Les implants peuvent améliorer votre apparence et votre confiance en vous, mais ils ne changeront pas nécessairement la qualité de vos relations avec autrui. Avant d’opter pour cette intervention, précisez vos attentes et discutez-en avec Dre Duclos. Elle sera heureuse de répondre de façon claire et précise à toutes vos questions et de vous renseigner sur les traitements les plus appropriés à votre situation en vous indiquant leurs avantages et leurs inconvénients.

Quelles sont les techniques utilisées ?

Plusieurs types d’implants sont disponibles. Dans cette section, il ne sera question que d’implants insérés par une incision, contrairement aux produits de remplissage temporaires ou permanents qui permettent d’augmenter le volume du menton ou des joues sans intervention chirurgicale, ni incision (voir section sur les injections).
Pour un implant classique, l’intervention consiste à faire une incision à l’intérieur de la bouche ou occasionnellement sur la peau, à fabriquer une pochette, à insérer l’implant le plus approprié et à le fixer. Cette intervention peut être réalisée seule ou combinée à un redrapage facial ou une rhinoplastie.

À quoi dois-je m’attendre ?

Lors de la consultation, Dre Duclos examinera votre visage afin de s’assurer que l’augmentation du menton et/ou des joues se fera en respectant l’harmonie du visage. Après évaluation de votre état de santé et de vos attentes, elle vous fera ses recommandations et vous renseignera sur le type d’implant, sur son diamètre et sur la localisation de l’incision. Pour les joues, elle est généralement à l’intérieur de la bouche et, pour le menton, elle peut être à l’intérieur de la bouche ou sous le menton. Elle vous expliquera les risques inhérents à l’intervention, vous renseignera sur son déroulement, sous anesthésie locale avec sédation ou sous anesthésie générale, et vous donnera les consignes pré et postopératoires.
La durée de l’intervention dépend de son ampleur. Vous serez ensuite sous observation jusqu’à ce que votre état vous permette de quitter la clinique. Une prescription de médicaments antidouleur, des directives et la date du prochain rendez-vous vous seront données avant votre départ. Prévoyez demander à quelqu’un de vous raccompagner à la maison.
Après l’intervention, les douleurs sont généralement légères et peuvent être soulagées avec la médication prescrite. Elles devraient s’atténuer après deux jours. L’enflure et les ecchymoses seront à leur maximum deux ou trois jours après l’intervention. Habituellement, les ecchymoses s’estompent après 14 jours.
Si l’incision est située à l’intérieur de la bouche, vous devrez suivre une diète liquide pendant 36 heures, puis une diète molle pendant 36 heures. Vous devrez également vous laver la bouche avec une solution trois fois par jour pendant cinq jours.
Vous devrez porter une mentonnière surtout les deux premières semaines.
Vous devrez éviter de pratiquer des activités physiques intenses pendant les deux premières semaines et d’exposer les cicatrices aux rayons du soleil ou du salon de bronzage pendant environ six mois.

Quels sont les risques ?

Des complications surviennent rarement, mais il est important de connaître les risques de l’intervention. Un saignement ou une mauvaise cicatrisation peuvent arriver. Comme pour toute intervention, de l’infection peut survenir, et est généralement traitée avec des antibiotiques. Cependant, si l’implant était infecté, il faudrait le retirer et attendre quelques mois avant d’en remettre un autre.
L’implant peut se déplacer et créer une asymétrie ou comprimer un nerf. Une deuxième chirurgie peut alors s’avérer nécessaire. La perte de sensibilité d’une partie du visage peut survenir. Ce changement de sensibilité est généralement temporaire, mais il peut être permanent. Dans de rares cas, il est possible de souffrir de névralgie et, plus rarement encore, d’une perte de motricité du visage.